-

Présentation
Cours
Equipement
Evènements
Contact

Les differentes formes

Comme beaucoup d'Arts Martiaux, le Yoseikan Budo peut se pratiquer de différentes manières et dans des optiques de travail différentes... Que l'on soit venu au Yoseikan pour apprendre se défendre en cas d'agression, que l'on cherche à améliorer son cardio, que l'on soit un professionel de la sécurité voulant parfaire ses compétences de maîtrise d'un individu récalcitrant, que l'on veuille apprendre à combattre où tout simplement que l'on cherche un loisir ludique à pratiquer en groupe avec des personnes sympatiques, chacun trouvera dans le Yoseikan de quoi combler ses attentes.


L'apprentissage Technique
-
Le Yoseikan Budo n'est pas en soit un "mélange" d'Arts Martiaux qui tenterait de mixer plusieurs techniques issues d'autres origines mais au contraire essaye, à partir d'un travail dynamique générique commun (apprendre à utiliser ses hanches dans le vide dans un sens, puis dans l'autre etc), de lier ce travail à differents aspects : percussions lutte, contrôles articulaires, travail des différentes armes...

Il est donc impossible, en parlant du Yoseikan Budo, de séparer les différents aspects du combat dans la mesure ou l'apprentissage des frappes, projection etc, passe par une base bio-mécanique commune. Nous n'apprenons pas à frapper indépendamment de projeter, ni le travail à mains nues indépendamment de celui des armes car ensemble ils respectent une logique identique.


Le Yoseikan Budo... comme sport de combat !
Afin de pouvoir tester ces techniques à vitesse réelle sur un adversaire inconnu et non consentant (aspect assez primordial de l'apprentissage), le Yoseikan Budo intègre des compétitions où certaines techniques (parmi les plus dangeureuses) sont interdites et où les pratiquants portent des protections afin d'éviter tout risque de blessures. Au dessous de la ceinture noire, les pratiquants sont surtout notés sur leur créativité et leur finesse technique.

Les pratiquants peuvent ainsi se lacher à pleine vitesse sans prendre trop de risque, ce qui rend les compétitions très ludiques, quel que soit l'âge.

-
-
Ces compétitions existent avec armes ou à mains nues, la plupart des compétitions intégrant ces deux aspects.

Le Yoseikan Budo... comme outil de defense !
Le Yoseikan Budo peut aussi être pratiqué comme Self-defense. A l'inverse de la compétition, les techniques sont beaucoup plus vastes, moins "fair-play" avec une utilisation privilégiée des zones "sensibles" du corps humain et un accent particulier mis sur ce qui précède le combat (placement, désescalade verbale, stratégie...).

Bien évidemment, pour éviter les blessures, ces techniques dangereuses sont apprises avec beaucoup de contrôle mais nous essayons tout de même de ne pas rendre leur apprentissage trop "codifié" en faisant la part belle aux jeux d'improvisation, afin de garder le maximum de fluidité et de spontanéité.

On y travaille aussi beaucoup la défense contre armes : couteau, bâton, etc et la manière d'utiliser nous même ces armes.

-

Le Yoseikan Budo... comme travail cardio !
En plus de ces facons de s'entraîner, il existe aussi une forme de fitness typique Yoseikan, qui existe depuis les années 80, pionnière dans ces formes de "fit boxing", reprenant des parties de katas ou d'enchaînements effectués sur fond musical.
-
Le Yoseikan Training : Répétition seul de mouvements de Yoseikan Budo sous forme de gymnastique souple et dynamique à l'aide d'un support musical.
Le Yoseikan Sparring : Méthode d'entrainement pratiquée à deux, mais sans contact, avec support musical qui développe plus spécifiquement la coordination, la concentration et les réflexes.
-
-
Le Crossfit : Méthode de conditionnement physique utilisée par beaucoup de pratiquants de MMA (et rendue populaire par le film "300"), dont le nom vient de l'anglais "Cross Fitness" (entraînement physique croisé), cad du mélange de différentes activités physiques : course, sauts, exercices de musculation utilisant le poids du corps, ou tout autre objet comme les haltères, kettlebells, sacs de frappe, corde à sauter, afin de développer l'endurance (cardiovasculaire, musculaire et respiratoire), la puissance, l'explosivité, la souplesse, la vitesse, l'agilité, la psychomotricité, l'équilibre et la précision.